Le dictionnaire du sucre



Les Sucres « naturels » sont-ils meilleurs que le sucre blanc raffiné ?

Le sucre – ça ne devrait plus surprendre personne – nuit à la santé à bien des égards et avec parfois des conséquences notables. Mais bien que les effets nocifs sur la santé soient connus, nous continuons à en consommer une quantité accrue – et parfois même sans nous en apercevoir ! Largement utilisé par l’industrie agro-alimentaire, le sucre crée une dépendance, et il est même plus addictif que la cocaïne. Le français moyen, consomme environ 700 gr de ce poison blanc par semaine ce qui fait 35kg sur l’année (tout de même 30% de moins qu’un américain moyen ) !


Beaucoup parmi vous essaient de choisir un sucre plus « sain », en optant pour des sucres plus « naturels », mais quel sucre nous rend malade ? Est-ce vraiment le cas pour chaque type de sucre ? Y a-t-il des édulcorants qui peuvent être consommés sans nuire à notre santé ? Les réponses à ces questions se trouvent dans ce dictionnaire du sucre.



Sucre - La définition

Le terme sucre peut signifier beaucoup. Dans sa forme naturelle – le glucose - le sucre se trouve dans les aliments entiers, tels que les fruits, les céréales, les légumes ou les oléagineux… sous ces formes, le sucre est le carburant vital de notre corps et nécessaire à la vie.


Cependant, s’agissant du sucre que l’industrie alimentaire met à notre disposition (sucre de table, sirop de glucose, de fructose, isoglucose ou encore aspartame) les problèmes surgissent à vitesse grand V. Ces sucres transformés endommage les dents, favorisent les carences en substances vitales, alternent la glycémie, perturbent la flore intestinale, favorisent les processus inflammatoires chroniques et le développement des cellules cancéreuses, … Il est donc indispensable de rectifier le tir pour préserver votre capital santé !


Le glucose – le carburant du corps

Pour pouvoir fonctionner, le corps a besoin de carburant : le glucose. Tous ce que nous mangeons est soit transformé en matière « dure », c’est-à-dire en cellules de tout genre pour renouveler la carcasse soit en « énergie », c’est-à-dire en glucose pour servir de carburant au corps. Pour ça, le corps transforme donc tout aliment (protéine, graisse, féculents…) en sucre par de nombreux processus chimiques que nous appelons communément « digestion » pour pouvoir le bruler dans les « centrales nucléaires » du corps qu’on appelle « mitochondrie ». Le sucre est transporté par le sang aux mitochondries. Pour avoir une énergie constante sans coup de barre, l’acheminement doit être constant.


Le sucre se présent sous différente formes : Sucres lents (ou complexes) ou sucres rapides (ou simples). On peut imaginer un sucre rapide comme une brique de Lego, qui peut être immédiatement utilisée par le corps et un sucre lent comme une construction en briques de Lego que le corps doit d’abord défaire avant de le réutiliser.


Quand nous mangeons le sucre rapide, il va directement dans le sang. C’est comme si on jetait un tas de brique de Lego sur la mitochondrie d’un coup. Elle brule alors tout sur le coup dans un feu de paille et puis, elle est au chômage technique et ne fournit plus aucune énergie. Le feu de paille, c’est bien avant le sport ou un gros effort.


Mais si trop de glucose arrive à la cellule qu’elle ne peut pas bruler immédiatement, elle le stocke sous forme de graisse pour des temps difficiles et ça vous fait grossir.


Quand nous mangeons du sucle lent, le corps met un certain temps à défaire des briques pour les envoyer un par un vers les mitochondries. Le corps reçoit donc une énergie moyenne et constante. C’est l’idéal au quotidien.


Pour réguler les fluctuations de briques de Lego dans le sang, le corps secrète l’insuline et le glucagon. L’insuline sert à ralentir le flux, le glucagon à libérer du glucose stocké.


Les fluctuations taux d’insuline peuvent vous rendre malade

L’alimentation moderne contient une quantité impressionnant de sucres. Le corps reçois alors non seulement les sucres lents classiques naturellement contenus dans nos aliments (légumes, fruits, graines, légumineuses…) mais aussi les sucres affichés dans les sodas, les jus et les sucreries, et les sucres cachés dans les aliments transformés (pains, viennoiseries, céréales, pizzas, plats préparés, sauces…). Le problème c’est que dans les aliments transformés, elles échappent souvent à notre vigilance. Par exemple, un sel de table raffiné est souvent enrichi en dextrose, car sinon, elle aurait un gout trop désagréable pour nos papilles, mais ce n’est pas toujours affiché sur l’étiquette, ou les lardons, auquel on ajoute du sucre pour qu’elles caramélisent mieux dans la poêle… Nous mangeons une quantité non négligeable de suces cachés au quotidien sans le savoir et ça fait des dégâts dans notre corps.


L’excrétion de l’insuline est régulée par le pancréas. Si le corps est exposé à de fortes doses de sucre à long terme, le pancréas est submergé et ne peut plus produire assez d'insuline. Le niveau de sucre ne baisse plus à son niveau normal et les cellules deviennent résistantes à l'insuline ce qui entraine le diabète de type 2.



Qu’est-ce l'indice glycémique (IG) ?

L’indice glycémique montre à quelle vitesse le sucre d’un aliment arrive dans le sang sous forme de glucose simple. C’est genre l’indice de déconstruction du Lego. Plus c’est complexe, plus c’est long à défaire.

Le glucose pur a un IG supérieur à 100. Le pain blanc 70-85, le chocolat et le Coca cola 70. Si les grains entiers (riz, blé, sarrasin, quinoa…) ont un IG de 40, les légumineuses et la plupart des légumes est encore plus bas.


La règle est très simple : plus un aliment est entier, plus son indice glycémique est bas, plus il est transformé (ben oui, le pain, aussi le bio ou celui du boulanger, c’est un aliment transformé) plus son indice glycémique est élevé.


Qu'est-ce un sucre sain ?

Vous l’avez compris, le sucre en lui-même n’est pas toxique pour le corps, mais c’est une question de quantité !


La règle ici est encore simple : plus un sucre est naturel, plus il est sain. Plus il a été transformé, plus il est nocif pour les corps.


En tant que sucre sain, on peut nommer les sucres très peu traités comme le sucre rapadura ou muscovado, le sucre de coco, le miel, sirops d’érable, stévia…


Les sucres malsains, ces sont ceux transformés par l’industrie agro-alimentaire : sucre blanc ou roux, fructose pure, sirop de glucose, isoglucose, aspartame…


Mais tout n’est pas noir ou blanc, voici donc quelques précisions sur les différentes formes de sucre :


Glucose

Le glucose est un sucre simple. Dans sa forme naturelle et bénéfique pour le corps, on le trouve dans les fruits, les légumes, les produits à base de céréales complètes et le miel.


Cependant, le glucose/dextrose utilisé dans l’industrie alimentaire notamment présent dans de nombreuses sucreries, boissons, mais aussi dans tous les aliments transformés tels que les gâteaux, les céréales du petit déjeuner, les pizzas, sauces, charcuteries etc. est hautement raffiné, totalement dépourvu de micro-nutriments et fabriqué à partir d'amidon de pomme de terre, de blé ou de maïs, à l'aide de micro-organismes génétiquement modifiés. Ce glucose industriel est loin d’être bénéfique pour la santé.


Le glucose affiché sur la liste nutritive de chaque aliment ne tient pas du tout compte de la qualité du glucose utilisé et s’il provient naturellement de l’aliment ou des sucres ajoutés.


Fructose

Le fructose est un sucre simple présent dans les fruits, les légumes et le miel. Consommé avec le fruit entier (fibres inclus) en petite quantité, il est bénéfique pour le corps.


Il va sans dire que le fructose utilisé dans d'innombrables produits transformés ne s'obtient pas de manière naturelle mais industrielle. Il est cependant utilisé à grande échelle à cause de son pouvoir sucrant 1,5 fois plus élevé que le glucose simple et son index glycémique de 15 (au lieu de 68 pour le sucre blanc).


Malheureusement, le fructose présent l’inconvénient qu’il doit être transformé par le foie qui a tendance à le transformé en graisse. C'est mauvais pour la figure. Pour couronner le tout, ce fructose empêche également le développement de la satiété et diminue la sensibilité à l’insuline, on en mange donc plus !


Le fructose nourrit les cellules cancéreuses

Toutes les cellules cancéreuses se nourrissent de sucre et ils ne seront pas en mesure de résister à la riche offre du fructose. En 2010, une étude américaine a prouvé que les cellules cancéreuses préfèrent même le fructose synthétique au glucose et qu’elles se développent beaucoup mieux. Mais elle sera également bénéfique pour les bactéries pathogènes et les champignons comme le candida albicans.


Attention au fructose caché !

On le trouve plus communément sous le nom de sirop de glucose-fructose, mais il existe aussi sous d’autres dénominations, comme « isoglucose », qui est la forme la plus hautement transformé par l’industrie !



Saccharose - le sucre classique

Le saccharose est un double sucre composé de glucose et de fructose. Il est raffiné à partir de betterave à sucre ou de canne à sucre qui représente toutes nos variétés de «sucre de table » : sucre blanc, gros sucre, sucre en morceaux, sucre glace, sucre roux ou blond, sucre de canne entier ou sucre de canne brut


Le sucre blanc :

Qu’il soit issu de la betterave sucrière ou de la canne à sucre, le sucre blanc est constitué à 99,7 % de saccharose. Il est fabriqué dans des raffineries industrielles à grande échelle utilisant des cultures peu chères produites en masse comme des betteraves à sucre souvent génétiquement modifiée (65%). La matière première y est complètement dépouillée de toute valeur nutritive et ne fournit que des calories vides. À long terme, une consommation élevée de sucre, surtout en dehors des repas, surtout ajouté aux liquides (sodas, boissons sucrées, café et thé sucrés) favorise non seulement la prise de poids et les caries mais également le diabète.



Le sucre roux ou cassonade

Un peu moins raffiné que le sucre blanc, le peu de mélasse qui reste fournit des quantités négligeables des minéraux et d’oligo-éléments pour l’organisme. Il se distingue surtout par sa saveur plus caramélisée du sucre blanc.


À noter qu’il existe également en supermarché du sucre « blond ». Il s’agit en fait d’un sucre blanc coloré avec du caramel !



Sucre de canne brut : Rapadura ou mascobado

C’est un sucre de canne complet encore appelé sucre de canne intégral. C’est en fait un jus de canne à sucre déshydraté. Il n’est pas raffiné ni cristallisé. Composé principalement de saccharose (95 %), il contient les multiples minéraux, vitamines et acides aminés présents dans la canne à sucre. Il est moins sucrant que le sucre blanc et se distingue par son goût très prononcé mais agréable.



La mélasse

Produite à partir du sucre de canne (celle de la betterave n’a pas bon goût) la mélasse est le résidu noirâtre qui reste après le raffinage du sucre. Il contient donc tous les minéraux et oligo-éléments enlevés sous forme hautement concentrée. Elle est en effet très riche en sels minéraux (2 cuillères à soupe de mélasse couvrent les besoins quotidiens), ainsi qu'en vitamines B (B2 et B6) et en fer. Son indice glycémique est le même que celui du sucre (70). Son goût étant très fort, il n’est pas apprécié par tout le monde mais présente un excellent complément alimentaire si on le consomme avec modération ! Je donne 1 cuillère à café comme « bonbon » à mes enfants de temps en temps.



Le miel

Le miel a une teneur en sucre très importante (70% à 85% en fonction du type de miel) mais un index glycémique moyen de 55. Il apporte des vitamines, minéraux, acides aminés et autres substances aromatiques dont on ne connaît pas encore toutes les vertus sur l’organisme. Le miel est constitué de différents sucres : fructose, glucose, galactose, maltose, saccharose… Notez que plus il est liquide, plus il contient du fructose. Son pouvoir sucrant est 1,3 fois plus élevé que celui du saccharose.

Il a une multitude d’indication thérapeutiques et sa consommation « médicale », ciblé et en petite quantité est hautement conseillé… mais évitez les 3 tartines du matin !



Le Maltose

Le maltose naturel, également appelé sucre de malt se compose de 2 molécules de glucose. Il est produit naturellement par la fermentation de céréales, telles que l'orge ou le riz. On le trouve dans de nombreuses plantes, mais aussi dans le pain, le miel et la bière. Le sucre de malt n’a qu'un faible pouvoir sucrant par rapport aux autres sucres. Dans sa forme naturelle et saine, il est vendu sous le nom de sirop de riz ou de malt d’orge.


Son indice glycémique est plus élevé que le sucre blanc, mais le maltose est très difficile à décomposer pour les bactéries intestinales, ce qui est l'une des raisons pour lesquelles il donne une sensation de satiété pendant plus longtemps ce qui réduit les fringales et le grignotage.



Sirop de Riz ou Malt d’orge

Moins connu du grand public, c’est le seul sucre contenant des sucres complexes ! Il est issu de la fermentation de grains de riz ou d’orge. Le sirop de riz a l'avantage de contenir différents sucres qui ne sont pas assimilés en même temps : le glucose est absorbé rapidement, tandis qu’il faudra attendre 2 à 3h pour l'absorption complète des sucres longs (glucides complexes, environ la moitié). Ces différentes vitesses d'absorption permettent de fournir à l'organisme de l'énergie de façon constante et prolongée et de donner une sensation de satiété sur une longue durée.


L’avantage essentiel pour le corps est peut-être que le sirop de riz est le seul sucre obtenu par fermentation. La fermentation réalise certaines étapes de la digestion en dehors du corps et les aliments issus d’une fermentation (à part celles faites avec des levures !) sont très facilement assimilable par le corps et donc bénéfique à son taux d’énergie.


Le sirop de riz possède une saveur douce et sa consistance ressemble à celle du miel. De couleur ambrée, son goût rappelle le caramel. Attention ! L’indice glycémique du sirop de riz est très élevé (100), il est donc à consommer avec modération.

Je le conseille beaucoup en cabinet, car il a un bon équilibre entre avantages et inconvénients.



Le sirop d'érable

Extrait de la sève de l'arbre du même nom, ce sirop est constitué pour 50 à 75% de saccharose, le reste étant du glucose et du fructose. Comme il renferme des acides organiques et surtout des minéraux (potassium, magnésium, calcium), on est assez proche du sucre roux, avec les inconvénients du sucre, légèrement atténués.



Le sirop d’agave

Le sirop d’agave, qui ressemble à du miel, est en fait extrait d’un cactus mexicain : l’agave bleue. Les agaves sont broyés, le jus est cuit à haute température et les sucres sont hydrolysés. Moins calorique que les autres sucres, son IG est de 19. Il est constitué à 70 % de fructose et à 7 % de glucose. Pauvre en antioxydants, il possède probablement inconvénients du fructose. De goût est assez neutre, il peut sucrer un yaourt ou une pâtisserie mais reste à consommer avec parcimonie.



Sucre de fleur de coco :

Le sucre de noix de coco est récolté à partir de la sève du cocotier par un processus très naturel d'extraction du jus, puis en laissant l'eau s'évaporer. C’est l'une des méthodes de production de sucre les plus durables, et le produit contient également une petite quantité de fibres et autres nutriments.


Faible en fructose, le sucre de coco apporte vitamines et minéraux, principalement des polyphénols, du potassium, du zinc et du fer, des vitamines du groupe B et C ainsi qu’une prébiotique appelé inuline (fibre alimentaire soluble métabolisée par la flore intestinale).

Son indice glycémique est très bas et son pouvoir sucrant est plus élevé que le sucre blanc. C’est une excellente alternative aux sucre classique.



Sucre de Yacon (poudre ou sirop)

Le yacon est un légume-racine qui pousse dans les Andes péruviennes et qui y est considéré comme un aliment de valeur et à des fins médicales. Son indice glycémique est très bas (1). De plus, il contient du fer, du calcium, du potassium et des antioxydants.


La caractéristique la plus notable de Yacon est la qualité de son sucre, qui se présente principalement sous la forme de fructo-oligosaccharides (FOS). Les FOS sont des fibres qui ne sont pas décomposés dans le foie, mais servent - comme l’inuline - les bonnes bactéries présentes dans l’intestin comme nourriture. Ainsi, le Yacon fonctionne comme un prébiotique naturel qui soutient la flore intestinale et active les mouvements intestinaux et lutte ainsi contre la constipation.

Le sirop et la poudre de Yacon sont donc les édulcorants idéaux pour les diabétiques et les personnes en surpoids, ainsi que pour ceux qui recherchent une alternative au sucre vraiment saine.



Le Stevia - 0 calorie, 0 glucide, IG 0

La Stevia rebaudiana est une plante originaire d’Amérique du sud dont la feuille renferme une substance ayant un pouvoir sucrant élevé (300 fois supérieur à celui du saccharose). Selon une étude américaine, la consommation de boissons sucrées au Stevia apporte un effet satiétogène identique à une boisson sucrée. Mais attention, le sucre appelle le sucre et même si le Yacon et la Stevia semblent plus acceptables, il faut les utiliser avec parcimonie afin de ne pas entretenir (voire accroître) notre penchant naturel pour la saveur sucrée.


En revanche, l’impact sur la glycémie et la sécrétion d’insuline après le repas est significativement moindre.

Seul son goût prononcé et sa couleur verte (si votre stévia est blanche, faudra se poser des questions!) peut rebuter certaines personnes.

Attention, certains produits au stévia contiennent également du sucre, lisez attentivement la composition.



Les substituts du sucre :

Sorbitol (E420), xylitol (E967), mannitol (E421), maltitol (E965), isomalt (E953)

Il ne faut pas les confondre avec les édulcorants, car les succédanés du sucre sont généralement fabriqués à partir de matières premières naturelles. Ce sont des glucides au goût sucré, mais ne présentent pas tout à fait à la douceur d'un édulcorant. Par conséquent, ils sont souvent utilisés en combinaison avec des édulcorants - la prudence est donc requise.


En général, les substituts de sucre contiennent moins de calories que les sucres normaux, pénètrent dans le sang plus lentement (augmentation de la glycémie moins élevée) et sont principalement métabolisés indépendamment par l'insuline.


Chimiquement, les succédanés du sucre font partie des alcools de sucre que l'on trouve également dans les fruits, les légumes, les champignons, mais les substances utilisées dans l'industrie ne proviennent pas de ces aliments, mais de l'amidon de blé et de maïs. Ils sont donc considérés comme des sucres industriels transformés sur lesquels nous n’avons pas assez de recul à long terme.


Petite précision : ne confondez pas le Xylit – sucre issu de la sève de bouleau naturelle et le xylitol – la variante industrielle. Le vrai Xylit est assez cher et certaines personne n’aiment pas sa consistance dans une pâtisserie alors qu’il ressemble tellement au sucre blanc !




Les édulcorants

Parmi les représentants les plus connus des édulcorants, on trouve entre autres Aspartame E 951 (Canderel), saccharine E 954 et sucralose E 955.


Les édulcorants sont des substituts synthétiques du sucre. Ils ont une forte douceur, mais pas de calories. Comme ils ne contiennent pas de sucre, ils ne fournissent pas de nourriture aux bactéries et aux champignons. Mais c'est déjà le seul avantage des édulcorants.


Les édulcorants présentent également des risques pour les reins, déclenchent des naissances prématurées, augmentent le risque d'AVC et de migraines. Certains sont classés « probablement cancérigènes ».

On les trouve dans tous les produits dits « allégés » : soda light, yaourt light, biscuit aux édulcorants, « sucrettes » et chewing-gums. A fuir !



Les sirops - LE sucre pour la production de masse

Le sirop est une solution visqueuse et concentrée obtenue en faisant cuire de l'amidon végétal à l'aide d'enzymes génétiquement modifiées. Ce procédé de fabrication est extrêmement bon marché et donc tout aussi rentable. Un tiers du marché du sucre est déjà dominé par les sirops.


Sirop de glucose

On trouve du sirop de glucose dans les sucreries et les produits de boulangerie de toutes sortes, ainsi que dans les confitures, les glaces, le ketchup, les oursons gommeux et de nombreux autres «gâteries » nuisibles à la santé.


Sirop de fructose

Le sirop de fructose est fabriqué à partir de sirop de glucose au moyen d’un procédé chimique supplémentaire appelé isomérisation. Au cours de ce processus, une partie du glucose est convertie en fructose. La raison en est évidente, car le fructose a un pouvoir sucrant beaucoup plus élevé que le glucose. Plus le sirop contient du fructose, plus il est sucré et plus il est nocif pour la santé.



High Fructose Corn Syrup (HFCS) ou isoglucose

Lorsque le sirop contient plus de 50% de fructose, on parle de sirop de maïs à haute teneur en fructose. Maintenant, il a un pouvoir sucrant plus fort que le sucre de table conventionnel et ne coûte toujours qu'un tiers de sa production par rapport au saccharose. Bien entendu, il s’agit d’une activité extrêmement rentable pour les fabricants. Pour le consommateur, cependant, c’est tout sauf cela.


En raison de son goût sucré particulièrement intense, ce sirop peut rendre presque tous les bonbons, plats préparés et boissons "plus savoureux". Il est ajouté à tellement de produits que le consommateur n'a aucune chance à contrôler sa consommation de fructose.


Cependant, comme déjà décrit ci-dessus, un excès de fructose peut avoir un effet dévastateur sur votre santé. L'hypertension artérielle, le diabète, le cancer, les maladies rénales, la stéatose hépatique et la goutte ne sont que quelques-uns des troubles possibles associés à un apport excessif de fructose.


Les sirops concentrés de sucre sont très nocifs pour la santé et à fuir autant que ça vous est possible! (même si c'est compliqué, car il y en a partout!)




Pour résumer :

Vous avez surement remarqué, lors de votre lecture, que la grande majorité des sucres ne sont pas bénéfiques voir nocifs pour la santé. Les cellules cancéreuses, bactéries, champignons et parasites pathogènes se nourrissent du sucre raffiné quelle que soit la source ou la qualité.


Il est donc impératif de changer vos habitudes alimentaires en privilégiant les sources naturelles et en réduisant les quantités. Sachez que plus vous éliminez les aliments transformés de votre alimentation et plus vous prenez l’habitude de lire les étiquettes, plus vous évitez les sucres cachés qui sont en réalité les vrais ennemis dans votre alimentation ! Il est déjà fastidieux de passer le temps de savoir quel sucre est réellement le meilleur. Ne serait-il pas préférable de sevrer un peu le palais pour goûter au plaisir occasionnel ?


C'est certainement plus facile à dire qu'à faire. Car une chose est certaine : le sucre crée une dépendance et la sortie de la dépendance au sucre n’est pas une mince affaire. Cependant, changer les types de sucre ainsi que les quantités que vous utilisez est déjà un bon début.


Gardez la cuillère de miel dans votre thé contre la toux, gardez un peu de sucre dans vos gâteaux maison, profitez d’une tartine au sirop de riz sur purée de noix de cajou, sucrez votre yaourt au stévia, faites une sauce soja sucré avec de la mélasse, c’est délicieux - mais bannissez tout ce qui provient de l’industrie agro-alimentaire…



Alors qu’est-ce que je vous conseille ?

Sachez que tous les sucres naturels sont beaucoup plus chers que le sucre blanc. Et c’est tant mieux, comme ça vous en mangerez moins !


  • Pour vos pâtisseries : le sucre de coco ou le muscovado/rapadura

  • Pour vos boissons : miel, sirop de riz, stévia, yacon

  • Pour vos tartines et cuissons : sirop de riz, sirop de coco, miel, mélasse


  • Variez les plaisirs et restez raisonnable, testez des produits que vous ne connaissez pas, privilégiez les produits riches en nutriments et pas seulement en calories.

  • Rappelez-vous que le sucre appelle le sucre et même si vous mangez plus que du stévia ou du yacon, votre corps garde l’envie de sucre et donc son addiction.

  • Réduisez les quantités au quotidien, le corps n’en a pas besoin ! il y a 100 ans, en consommait 10 x moins de sucre qu’aujourd’hui et nous sommes moins énergiques et plus malades !

  • Scrutez les ingrédients et révisez les noms bizarres donnés aux sucres, c’est le seul moyen d’échapper aux sucres cachés !

  • Réduisez les aliments transformés et privilégiez les aliments entiers


Et si vraiment vous n’arrivez pas à maîtriser vos envies de sucre, ou si vous ne savez pas par où commencer, une « Cure régénérative des intestins » pourrait être une bonne solution pour vous pour relancer votre organisme, assainir la flore intestinale et changer vos habitudes alimentaires.



J’espère avoir été exhaustive dans cet article pour vous permettre de faire le meilleur choix pour votre santé !


Si cet article vous a plu, merci de le liker et de le partager sur les réseaux sociaux afin qu’il puisse servir au plus grand nombre ! Et n’hésitez pas à liker la page «dubonsensdansmonassiette » pour ne pas rater mes nouveaux articles !


Sources :

https://www.horizonbienetre.com/alerts/honey/click-healing.php?refid=hsugar

https://www.elisabethgreen.com/reissirup/

https://ecodemy.de/magazin/reissirup-gesund/

http://zuckerersatz-info.de/reissirup/

https://www.vital.de/gesunde-ernaehrung/zucker/artikel/reissirup-ein-unterschaetztes-suessungsmittel

https://therapeutesmagazine.com/sirop-de-riz-brun-danger/

https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=alternatives_au_sucre_page1_4_do

https://www.femininbio.com/cuisine-recettes/conseils-astuces/remplacer-sucre-sirop-riz-jour-5-67545

http://www.doctissimo.fr/nutrition/diaporamas/alternatives-sucre/le-sirop-de-riz

https://nahrungistmedizin.de/

Le rapport Campbell – T. Colin Campbell & Thomas M. Campbell - Editions Ariane

https://www.nutriting.com/idees-recues/le-fructose-est-il-mauvais-pour-la-sante/?v=11aedd0e4327



394 vues1 commentaire
Nina Voit 

Praticienne des énergies traditionnelles du Tao

2bis, rue François Couperin - 94440 Santeny

06 62 62 01 89

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube
  • Instagram